Réponse de l’AOC aux propos scandaleux de Monsieur Schraen

Communiqué de presse du 15Novembre 2021

Monsieur Schraen, le président de la fédération nationale de chasse se distingue encore par des propos outranciers. S’il dévoile la vraie nature des pulsions qui l’agitent qu’en est il de ses capacités à proposer des services de police? Il affirme en substance qu’il «en a rien à foutre de réguler, je ne suis pas pour devenir les petites mains de la régulation» ce qui l’intéresse étant le plaisir de tuer. Nous rappelons à ce monsieur que si la fédération de chasse a acquis par force de lobbying des missions de service public, c’est justement pour assumer la régulation de certaines espèces et non pour s’adonner à sa passion.Missions que les chasseurs n’arrivent d’ailleurs pas à assumer du fait de leurs pratiques (lâchers de gibier d’élevage), et de leur responsabilité quant à la prolifération des sangliers, prolifération qu’ils entretiennent à l’inverse de la mission pour laquelle ils sont mandatés. En résumé Monsieur Schraen n’a aucun respect pour les missions de l’Etat ni même pour la fonction qu’il occupe et ce, exprimé avec un grand sentiment d’impunité. L’AOC demande à ce que la fédération de chasse soit dessaisie de sa mission de service public de régulation, que celle ci soit confiée à la seule OFB et calquée sur le modèle genevois. Avant de proposer une réforme de la police de l’environnement, , il serait bon que M Shraen fasse tout d’abord respecter ce que lui dicte l’ Art R 422 –68 du code de l’environnement: «L’association communale de chasse agréée est tenue de faire assurer la garde de son territoire. Elle peut faire assermenter un ou plusieurs gardes particuliers. Ces gardes ne peuvent être membres de son conseil d’administration.»Or 85% des ACCA ne remplissent pas ce contrat. Quand il est rempli ces gardes sont des chasseurs de l’ACCA et récusables par leur président. Avec un tel millefeuille de conflits d’intérêt, dont est friand le monde de la chasse, comment s’étonner de ces multiples infractions impunies? Au vu des trop nombreuses, dramatiques et récentes actualités il serait irresponsable de confier aux chasseurs une quelconque autorité dans l’exercice d’une police de proximité. Devant le constat du manque de gardes de l’OFB, nous avons effectivement proposé à Mme la Secrétaire d’Etat, Bérangère Abba en son Ministère, des mesures concernant les gardes particuliers, afin d’améliorer la sécurité et l’efficience de la police de l’environnement. Mais nos mesures sont fondamentalement différentes de celles de Monsieur Schraen. Les gardes (chasse pêche et forêt) seraient sous l’autorité de la Direction Départementale des Territoires et adjoints des gardes de l’OFB sur leur domaine géographique. Il faudrait par ailleurs redonner dynamisme au statut de garde champêtre.

Le Président de l’AOC : Jean-Louis Chuillon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *